Ces petites choses qui font de vous le conjoint d’un militaire

Bonjour bonjour,

Un petit panel de ce que vous vivez, entendez ou avez entendu vous aussi si vous êtes concubin ou conjoint d’un(e) militaire.

Amusez vous :

– Tout peut changer, quelque soit le degré de « c’est sûr j’ai vu le papier signé ».

– « Je ne sais pas encore quand je rentre, c’est entre le 20 décembre et le 10 janvier », c’est sûr, ça change presque rien !

– Tu reçois un family qui te dit qu’il n’y aura pas de communication pour une durée indéterminée.

– Quand tu croises tes « amies » : « Oh ça va, 4 mois c’est pas si long, ça va aller vite ».

– « Avec mon chéri on aime pas être séparés, on s’aime tellement nous… » c’est vrai que nous non !

-« En même temps, tu le savais, tu l’as connu il était déjà dans l’armée… » Oui et c’est pour ça que je dois sauter de joie à chaque départ sûrement.

– Les enfants sont malades comme des chiens, la machine à laver tombe en rade, la voiture tombe en rade… un doux enchaînement de catastrophes.

– Annuler un mariage car le marié n’est pas certain d’être présent.

– Les anniversaires ratés, les fêtes de famille aussi, les mariages où l’on se rend seule avec les enfants.

– Tu ne sais pas où il est, bien sûr une vague idée entre l’Atlantique et le Pacifique ou la Méditerranée.

– Tu trembles en regardant les informations et fais attention que les enfants ne regardent pas s’il y a eu un évènement dans le pays ou la zone géographique.

– Les enfants demandent régulièrement où est papa et quand il rentre. Ils ont une petite lueur dans les yeux de tristesse, un vide.

– Quand on stresse d’accoucher seule si le timing n’est pas respecté.

– On rigole bien quand même (intérieurement) quand une copine pleure parce que son chéri part pendant 2 à 7 jours et qu’elle se demande comment elle va réussir à tout gérer, et qu’elle nous explique qu’elle va pleurer dans son lit c’est sûr.

– Tu gardes ton téléphone allumé H24 juste au cas ou il t’appellerait.

-Pendant les 72h d’escale tu n’es dispo pour rien ni personne !

Mais, quand approche l’heure des retrouvailles

– Deux semaines avant on commence à réfléchir au repas de retour.

– Aux vêtements que l’on portera sur le quai du bateau, de la gare, au régiment ou à la maison.

– On a un sourire niait qui ne nous quitte pas et le monde semble plus beau.

– L’excitation est à son comble, les enfants sont intenables mais on s’en fout !

– La maison brille avec le ménage fait et refait à partir de 48h avant le retour.

Une fois à la maison

– Pendant 48 heures on oublie le téléphone à partir du moment où on a prévenu que le colis a été réceptionné comme il faut.

– On ne veut pas trop le partager avec belle-maman car bien que ce soit son enfant c’est surtout notre chéri pour là tout de suite maintenant.

– On peut faire de super photos de famille, les enfants restent presque en place.

– Les enfants ne le lâchent plus et même lorsqu’il va prendre une douche, restent derrière la porte au cas ou il disparaisse.

Si toi aussi tu te retrouves un peu dans les situations ou phrases entendues… n’hésite pas à te manifester surtout 😉

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s