La bienveillance

 Bonjour bonjour

Cet article me tient vraiment à cœur, car c’est un sujet vraiment sensible à mes yeux. Je veux te parler de la bienveillance, pas n’importe laquelle, celle qui te concerne toi !

Il y a quelques temps déjà j’ai découvert, via les réseaux sociaux, une femme fabuleuse Hélène Bonhomme. Elle a créé il y a plusieurs années le blog « Fabuleuses au foyer« . C’est un concentré de positivité et bienveillance. Je n’ai pas la prétention de l’imiter dans mon blog, en revanche dans ma vie de maman j’essaie le plus possible de m’en inspirer.

Nous sommes à une époque où il y a partout LA parentalité positive et où on nous explique à quel point nous sommes nocifs (nous les parents) pour nos enfants, car nous sommes fatigués, crions, et hélas il arrive qu’une fessée parte aussi. Bref, comme tu le sais déjà je suis maman à temps plein de quatre enfants fabuleux et jusqu’à il n’y a pas si longtemps je subissais franchement ma vie et mes enfants me disant que c’était dur, que j’étais vraiment courageuse, mais me couchant le soir en me disant surtout que j’étais une mère lamentable ! Je me disais que j’étais la pire des mères qui puissent exister et que mes copines « elles… » et puis, en discutant avec lesdites copines, elles me disaient « m’admirer parce que… ». Ce jour là j’ai compris qu’il n’y a pas de mauvaises mères, à part les mères maltraitantes qui par ailleurs sont souvent malades et ont besoin de soins adaptés, mais sinon, nous faisons tous de notre mieux.

Donc l’été 2016 en juin (et bien enceinte de ma fifille) Hélène Bonhomme a créé un « fabuleux défi » sur plusieurs jours pour prendre du temps pour soi et apprendre la bienveillance envers soi. Alors, c’était le début d’un long cheminement dans ma tête qui suit toujours son cours bien sûr, j’ai commencé à comprendre que si je ne lâchais pas un peu de leste avec moi, que je ne lâchais pas la pression que je m’imposais je ne pourrai pas être bienveillante avec mes enfants. Jusqu’à il y a peu de temps je croyais que je devais être la mère parfaite toujours habillée, coiffée, maquillée, que mes enfants soient parfaits, ils se devaient à deux ans d’être polis, souriants, se tenir parfaitement à table etc… Alors je te laisse imaginer l’ambiance à la maison et surtout au moment des repas qui étaient mon plus gros stress de la journée, ça se passait le plus souvent dans les cris et les larmes pour les enfants et moi !

Et puis, en juin j’ai appris ma quatrième grossesse un peu comme un coup de massue, elle était inattendue celle-ci et je m’en suis voulue d’imposer encore du changement à notre fils aîné qui n’en avait pas réellement besoin.

Les réactions de nos proches ont été mitigées et finalement pas grand monde ne nous a félicité, certains se demandent sans que cela ne les regarde combien d’enfants nous allons encore faire et quand nous arrêter. Alors, la pression est finalement grande car on ne pardonne pas grand chose aux « familles nombreuses », ben oui, pourquoi en faire un de plus alors que celui d’avant ne fait pas ses nuits, ne marche pas, ou tout simplement vous avez garçons et filles alors bon ça devait nous suffire ! Il m’a même été précisé qu’avoir un bébé demande du temps et qu’il ne faut pas oublier les aînés, juste au cas ou, sait on jamais, si j’avais eu l’occasion d’oublier…

Et puis, un jour de juillet prise de conscience, tardive mais réelle, c’est quoi le plus important ? que mes enfants soient parfaits et stressés, ou heureux et imparfaits ? Alors bien sûr, la politesse est importante pour nous, c’est vraiment à notre sens une règle de vie fondamentale, mais à deux ans ou même bientôt quatre s’il a décidé qu’il ne dirait pas bonjour je peux m’énerver, crier ou pleurer il ne le dira pas plus et en revanche il va se braquer et pleurer lui aussi voir s’enfermer dans un mutisme terrible et très agaçant pour nous. Alors aujourd’hui je lui apprends à dire bonjour mais n’insiste plus lourdement, je me sens toujours un peu honteuse quand même mais tant pis. Les repas, j’ai choisi sûrement la facilité, mais j’essaie de leur faire plus ce qu’ils aiment bien que j’impose les légumes le soir même un petit peu…

Tout ce laïus personnel dans lequel je pense beaucoup peuvent se reconnaître, ou au moins voir des similitudes pour te dire que sans bienveillance pour TOI, ton cher et tendre, ton couple et ta famille c’est difficile d’être bienveillant avec les enfants.

Si je ne me pardonne rien, ne m’autorise pas mes émotions positives et négatives, comment mes enfants vont savoir qu’ils ont le droit de se tromper, droit d’avoir peur, d’être triste.

Je te souhaite si tu es comme moi il y a encore quelques semaines de t’autoriser à lâcher prise, à être toi et pourquoi pas pleurer pour faire tomber la pression.

Alors, pour reprendre Hélène Bonhomme, bonne soirée à toi, et n’oublie pas tu es fabuleuse et ça change tout !!!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s