La naissance d’un bébé, la naissance de parents

Bonjour bonjour,

Comme tu le sais, cette semaine mon grand garçon fête ses 4 ans , alors je lui ai dédié cette semaine à la maison, et un peu ici aussi lundi déjà, et puis aujourd’hui pour bien terminer la semaine, d’ailleurs, à la maison nous l’avons encore fêté en famille ce dimanche, et plus tard avec ses copains de classe. Donc, je vais te raconter ce jour de novembre qui a fait de nous des parents, et de « ce bébé » notre petit garçon.

Comme lundi je t’ai raconté le début de semaine avant la naissance de mon grand garçon ici, je poursuis, la veille au soir j’avais mon dernier monitoring chez ma sage-femme qui s’est révélé complètement plat, une pauvre contraction même pas sentie, juste vue au moniteur, j’étais navrée et ma sage-femme pas très optimiste mais comme elle m’a dit ça peut aller très vite. En rentrant à pieds nous nous sommes arrêtés chez le chinois pour dîner, c’était d’ailleurs l’un des pire restaurant chinois dans lequel j’ai pu manger… Mon petit mari avait posé ses « perms » à compter du lendemain matin donc nous étions tranquilles en amoureux. Dans la nuit j’ai eu une grosse insomnie de 01h00 du matin jusqu’à environ 04h45, puis retour au lit. 

J’ai été réveillée par des contractions « douloureuses » mes premières donc ça m’a mis un doute mais j’ai continué à dormir. Réveil vers 06h30 en douceur et là j’ai dit à chéri que je pensais que c’était pour aujourd’hui, nous avons quand même bien pris notre temps tout en notant les contractions sur le portable, je n’avais pas connaissance des applications qui les calculent à cette époque. Alors, mes contractions n’ont jamais été régulières donc j’avais des doutes sur le lancement des opérations, elles étaient douloureuses mais très supportables aussi donc,ça a contribué à ma pose de questions, je me suis quand même préparée « au cas ou ». Vers 09h00 j’ai appelé ma sage-femme qui m’a conseillé d’appeler la maternité, mais selon elle je n’étais probablement pas encore en travail. J’ai appelé la maternité qui se situait à environ 300 mètres de chez nous, la sage-femme nous a conseillé d’attendre entre 01h00 et 01h30 avant de venir sauf si tout s’intensifiait. J’ai donc tranquillement continué ma vie, en me disant qu’elle allait être bien bousculée mais je n’étais pas hyper prête à ça. Vers 11h00 nous sommes partis en marchant à la clinique sans valise, j’étais vraiment sereine ! Là, après examen mon col était ouvert à 4cm c’était bien pour aujourd’hui ! C’est fou l’explosion des sentiments ressentis à ce moment précis et je crois que pour un premier bébé c’est un moment qui a une saveur toute particulière, mais je vous rassure c’est un super moment même si la famille est déjà nombreuse ! Mon mari est donc parti faire mon admission et là je me suis retrouvée seule en salle de pré-travail, le temps est vite devenu long branchée au monitoring, puis il est parti manger (et s’occuper du chat…), et je me suis rendue compte que j’aurai dû manger moi aussi avant de venir car le petit dej avait été pris à 07h00 environ donc petit conseil, on part à la mater en ayant mangé si on peut avaler quelque chose bien sûr ! 

crédit photo bebesetmamans.com

Moi qui debout gérais très bien mes contractions, couchée c’est bien plus difficile tout de suite, et avec le monito qui m’empêche de bouger je suis vite agacée et j’ai plus mal, vers 12h30 la sage-femme me propose la péri et me dit qu’il vaut mieux que je la prenne car je suis à 5cm et donc je vais finir par la demander en pleurant, je l’ai alors demandé. C’est l’acte que je regrette le plus car de là tout à découlé, mon accouchement m’a échappé à ce moment précis je crois. On me prépare donc, me perce la poche des eaux, à 13h30 péri posée par l’anesthésiste en 2 minutes montre en main et encore, puis retour position horizontale et là par bonheur mon mari arrive. Il est surpris que je sois déjà en salle d’accouchement et que la péri ait été posée mais à ce moment là tout va bien. Comme après chaque péridurale on met à la patiente de l’hormone de synthèse pour accentuer les contractions qui forcément s’atténuent avec l’analgésique. Sauf que là (comme souvent) le petit coeur de bébé supporte mal les contractions trop fortes puisque pas naturelles mais, l’équipe médicale ne m’inquiète pas et juste surveille, je ne me suis pas vraiment rendue compte de tout cela et heureusement. La sage-femme mature mon col à la main car il ne va pas falloir trop tarder, puis on me met en position, ma gynéco arrive. Et, c’est le moment !

 Il va falloir y aller maintenant. Je pousse 3 fois bien comme on m’a appris, je suis assez scolaire comme fille et j’ai longtemps répété ça surtout, sauf que je suis stoppée dans mon élan il va me falloir les forceps bébé ne sortira pas à la seule force de ma poussée mais on ne précise pas pourquoi. J’ai poussé, poussé, et encore poussé,  je ne sentais rien tellement ma péridurale était bien trop dosée je voyais des points blancs un peu partout et lorsque je reprenais ma respiration on me disait vertement de continuer à pousser. Au bout d’un moment épuisée je leur ai dit qu’il pouvait faire ce qu’il voulait de moi j’arrêtais tout puisqu’il ne se passait rien. Et là, mon mari qui était derrière moi et ne servait à rien, (d’un côté j’avais la sage-femme montée sur un petit tabouret appuyée de tout son poids sur mon ventre et de l’autre côté une infirmière qui me donnait la main), s’est penché et ma dit « Mais ma chérie on voit sa tête, ne t’arrête pas maintenant », là toutes ont réalisé qu’elles m’avaient un peu oublié dans la bagarre et ont enfin commencé à m’encourager. Notre bébé est arrivé, la toute première image que j’ai de lui c’est une poupée de chiffon sans vie que l’on m’a posée sur le ventre avant de l’enlever dans les 10 secondes qui ont suivies. Mon mari n’a pas pu couper le cordon, il était coincé derrière moi, j’ai demandé son sexe que nous ne connaissions pas, un petit garçon ! Bébé est parti dans une pièce à côté et nous, ben on attendait, j’ai eu une épisiotomie, pas énorme mais la gynéco m’a recousue puis au bout de ce qui m’a semblé une éternité entière notre joli bonhomme a enfin pleuré, et moi j’ai commencé à respirer. Puis, mon mari a été autorisé à aller le chercher et c’est lui qui me l’a posé sur le ventre, ça a été leur façon à eux de couper le cordon ou en tout cas de créer leur relation père/fils si précieuse.

Quand mon fils a été posé mis sur mon ventre, nos regards se sont enfin trouvés et j’ai lu tellement d’émotions dans ses yeux, c’est surement une image qui me restera toute la vie en mémoire, ses jolis yeux qui semblaient me dire « c’est toi alors ma maman ».

Tu l’auras compris, cette journée a été vraiment spéciale, et j’ai enfin rencontré mon premier magnifique bébé, mais si je devais revivre cette journée je changerais bien des choses afin de faciliter sa naissance. Aussi, je ne suis probablement pas la plus qualifiée pour t’écrire cela néanmoins, si j’ai un conseil à donner à une future maman c’est de faire de vrais choix et d’oser les poser, je ne conseille pas la péridurale si on gère correctement sa douleur, personne ne peut savoir si « on va la demander en pleurant après » et quand bien même, c’est pas grave !

Et toi, ton premier accouchement, des attentes ? des regrets ? ou au contraire c’était comme dans ton imagination ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s