Mon troisième accouchement, un déclenchement imprévu (et bien vécu)

Bonjour bonjour,

Je suis contente de venir te raconter aujourd’hui mon troisième accouchement par déclenchement. Pourquoi te raconter celui-ci plus que les deux précédents ? Juste à cause du déclenchement qui souvent fait peur, en tout cas me faisait très peur à moi. Je veux juste te raconter que parfois un déclenchement peut être imprévu et aussi très bien vécu.

Comme tu dois commencer à savoir nous vivons en célibat géo avec mon mari, moi à Brest et lui était à Toulon (depuis il est de retour à Cherbourg), sauf que là pour pimenter un petit peu les choses il s’apprêtait à partir en mer, et ne rentrait à la maison qu’un week-end tous les quinze jours, en l’occurrence c’était le dernier là ! J’espérais donc que mon bébé dont nous ne connaissions pas le sexe, du moins pas officiellement car moi j’avais de grosses suspicions, se montrerait très vite. Chéri rentre donc le vendredi soir, mes soeurs présentes pour s’occuper de nos deux boys décident d’aller chez nos grands-parents à deux heures de route pour nous laisser profiter de nos derniers moments à quatre, et partent le samedi matin.

Nous passons le temps mais rien ne se passe et je vois le temps défiler avec angoisse !

Le dimanche matin nous nous réveillons, moi j’étais fatiguée et ne sentais pas le bébé bouger, j’étais un peu inquiète et j’essaie de le stimuler sans succès… Je retourne au lit dormir un peu, et en me réveillant toujours pas de signe donc je demande à mon mari de venir car Bébé réagit toujours plus aux mains de son papa, mais là il ne se passe pas grand chose. J’appelle la maternité et demande si selon eux c’est utile de venir, ils me répondent par l’affirmative, je prends donc une douche et hop je pars vers 10h45. Il faut savoir que j’habite à tout juste dix minutes à pieds de la maternité.

Là j’ai droit à un monito qui nous montre que le petit coeur va bien, puis j’attends d’avoir une écho, j’ai attendu longtemps car il y avait des urgences. Je sors de là vers 14h00 et arrivée chez moi je vois que j’ai plein d’appels en absence d’un numéro masqué mais aucun message, je mange car j’étais affamée, et le portable de mon mari sonne en numéro masqué, en temps normal nous ne décrochons pas mais là… C’était l’hôpital qui me demandait de revenir car l’interne qui m’avait fait l’écho avait parlé à son chef qui ne voulait pas prendre de risque vu mon terme (J-6). J’appelle mes soeurs pour qu’elles reviennent, file terminer ma valise, dis au revoir à mes trois hommes et c’est reparti direction Morvan.

J’arrive, j’attends, vers 16h30 je suis installée en salle d’accouchement par une sage-femme et monito de trente minutes, à 17h00 elle revient, nous constatons que j’ai des contractions bien régulières mais pas douloureuses. Pose du tampon pour le déclenchement, moi je lis mes magazines, portable, musique… Je suis bien installée ! Très vite mes contractions s’intensifient, j’ai mal, c’est gérable mais si vite je suis impressionnée car dans ma tête ça durerait super longtemps comme presque tous les témoignages que j’ai pu lire.

Vers 18h30 mon mari arrive avec les valises pour mon séjour, mes contractions sont régulières j’ai l’impression que je vais accoucher hyper vite ! Vers 19h00 la sage femme revient, m’examine et ça n’a pas bougé d’un pouce je reçois un coup de massue sur la tête, j’ai tellement mal… Elle nous autorise à sortir marcher 01h30 maximum, nous décidons de rentrer à la maison, l’allée est très compliqué, sur place mes enfants perçoivent ma douleur que je ne peux pas masquer malgré mes efforts. Vers 20h00 nous repartons pour la maternité, il nous a fallu trente minutes pour arriver dans la douleur pour moi, réexamen et mon col a à peine bougé toujours à deux doigts, mon moral en prend un coup !! Aucune position ne me soulage, bien que j’ai vécu deux accouchements je n’ai jamais eu si mal de ma vie. Je prends patience, je dis à mon mari de dormir et me concentre sur ma respiration… Changement d’équipe, c’est François, un homme qui m’accouchera, il est très gentil mais me semble mal à l’aise, ou alors c’est moi ? Je demande à passer sur le côté, mais le bébé ne supporte pas la position je dois me remettre sur le dos. Vers 22h00 François revient et je suis (enfin) à 3cm, je l’attendais ce centimètre manquant pour avoir cette fichue périduale, moi qui souhaitait m’en passer je ne tiens plus, il accepte c’est parti. A 22h30 l’anesthésie est posée et je sens tout de suite les effets c’est magique, je commence à me détendre et me reposer un peu. A partir de là ça va beaucoup plus vite et en moins d’une heure je suis ouverte à 8cm ma poche des eaux ne s’est pas rompue, mais Bébé regarde vers le ciel, pour moi c’est le stress car j’ai vécu cela pour mon aîné et j’ai eu droit aux forceps et je ne veux pas revivre cet accouchement. La poche des eaux finie par se rompre sous les doigts de François et effectivement Bébé n’est pas bien placé il me demande de pousser mais Bébé est trop haut ça ne sert à rien, il sort et me dit qu’on va se mettre en place car le bébé ne va pas tenir bien longtemps. Il revient, l’interne passe la tête et parle de retourner le bébé manuellement.

Là clairement j’ai peur !

François se prépare, met ses gants et je ne sais quoi car je suis concentrée sur le fait que bientôt je vais fournir un effort pour sortir mon bébé le plus rapidement et le mieux possible. Mais je sens qu’il se passe quelque chose, je le fais savoir « Je crois que le bébé arrive je sens un truc » François arrive et crie « Mais arrêtez de pousser », « Mais je ne pousse pas !! il arrive tout seul !!! » A 01h19 notre bébé est arrivé dans ce monde sans le moindre effort de ma part, il a fait toboggan et s’est retourné seul. C’est mon mari qui m’annonce le sexe de notre nouveau petit bout et coupe le cordon. Il m’annonce donc que nous avons à présent une princesse dans notre fratrie ! Il est tellement heureux, il désirait franchement l’avoir sa poupée d’ailleurs c’est lui qui a choisi son prénom !

Voilà, ce récit est un peu long, mais juste pour te raconter mon expérience d’un déclenchement hyper bien vécu. Très honnêtement j’ai eu beaucoup plus mal que lors de mes deux autres accouchements, mais le travail a malgré tout été rapide et je sais que certaines femmes ne prennent pas la péridurale même avec les hormones de synthèse, je vous avoue qu’elles ont tout mon respect et toute mon admiration !

Si cela t’intéresse je peux raconter mes deux autres accouchements, fais le moi savoir ici en commentaire ou bien sur Instagram.Pour les futures mamans ou les femmes que cela intéresse il existe un site formidable avec les récits d’accouchements les p’tits mwana .

Je te souhaite une belle journée et à très bientôt !

Morgane

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s