Plus absent que présent

Aujourd’hui notre Bébé a passé le cap difficile d’être plus mort qu’il a été vivant. Je l’appréhendais cette date, vraiment beaucoup. Et je savais qu’elle viendrait beaucoup trop vite. Sa vie a été si courte, trop courte! Parfois je me dis que ce n’est pas juste, mais je ne veux pas être en colère, ou amère ou pire encore : jalouse. Même si c’est difficile je veux garder le sourire, parce que toute sa vie a été remplie de sourires. Il ne s’est pas embarrassé de soucis, il m’en a épargné beaucoup aussi.

Il y a encore peu de temps je croyais naïvement que la pire douleur physique que je pourrais ressentir serait celle de mes accouchements, à présent je sais que la pire c’est celle qui me tord le ventre, l’absence. Je préférerais revivre sa naissance tous les jours juste pour éviter celle que je vis réellement tous les jours depuis ce funeste 11 juillet.

Le 11 juillet, c’est mon anniversaire de baptême, je crois que c’est un signe, un petit clin d’oeil de mon joli bébé. J’espérais tant avoir vécu assez de malheurs dans ma vie pour être épargné par celui-ci… Je me demande encore parfois si tout ceci nous est réellement arrivé, si mon Bébé est seulement né? Et puis oui, je vois son lit, je vais sentir son petit vêtement que je n’ai pas le courage de laver, je regarde son doudou auprès duquel je dors, collée.

Cinq semaines et deux jours, le troisième ne compte pas, il a duré seulement cinq heures et il les a passées seul. Seulement cinq semaines c’est tellement court! J’aimerais tant revoir ses yeux s’illuminer lorsqu’il commençait à manger.

Souvent on entend « c’est trop mignon quand ils sont bébés, ça passe trop vite ». Et bien moi j’aurais été tellement heureuse de le voir grandir, le voir souffler ses bougies, jouer avec les grands. Et lorsque je vois notre petit deuxième pleurer parce que son Valou lui manque mon coeur se serre, encore plus fort. Nous n’avons même pas fait de photos de nous sept.

Alors vraiment, profitez de votre vie, vos enfants, appréciez les moments même pénibles, même les nuits sans sommeil, même les pleurs. Moi les nuits sans dormir avec lui me manquent terriblement.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s