Sixième grossesse, deuxième mois :

Le début de ce deuxième mois est assez tranquille, j’ai pris RDV à l’hôpital pour le suivi mensuel qui débutera en mars. Jusque là rien à faire, je t’avoue que ça m’a laissé perplexe, je m’attendais à être vue un peu plus tôt. Néanmoins, j’écris donc chaque question que je peux me poser histoire de ne rien oublier.

J’ai oublié d’en parler dans mon article du premier mois, mais j’ai commencé à prendre du fer (floradix) dès que j’ai eu connaissance de ma grossesse, et j’avais commencé les vitamines de grossesse avant le début de celle-ci. Pour le fer la sage-femme m’a félicité sachant que malgré ça, je suis carancée… J’ai aussi eu des douleurs dorsales, il a fallu que j’investisse dans un coussin de grossesse/allaitement. Et tu vas constater avec la photo qu’il est plutôt balaise, je dors mieux et j’ai surtout moins mal. Malgré tout, mes douleurs persistent.

Dans le même temps j’ai donc commencé à réfléchir au projet de naissance que je souhaite écrire, d’ailleurs  si tu veux que je le partage, du moins en partie, n’hésite pas à me le faire savoir.

Le début du deuxième mois a été ponctué de quelques nausées pas trop trop vilaines, en revanche en avançant dans le mois la donne a changé et heureusement elles étaient presque que le soir, mais alors je ne pouvais rien faire ou presque. J’ai hésité plusieurs fois à aller vomir mais ça me fait presque peur donc j’ai réussi à calmer ça à grand renfort de bonbons à la menthe bien forts ! Néanmoins, pour un premier trimestre ce n’était pas fou non plus… les odeurs écoeurantes et le soir au lit à 20h parce qu’en revanche, vraiment la fatigue m’a bien mise KO ! Sans compter les migraines qui en travaillant sur écran ne parvenait pas à se stopper, aucun médicament n’étant assez fort pour moi dans ces moments là.

Bon, puis au milieu de ce deuxième mois les enfants ont attrapé une gastro, juste au moment où mon mari ne pouvait plus s’absenter du travail. Autant te dire que déjà ma grossesse passait assez mal à mon travail alors les enfants malades, ma hiérarchie ne m’adressait absolument plus la parole ! Et pourtant depuis le mois d’octobre je n’avais manqué qu’une journée de travail car nous avions amené notre quatrième aux urgences en décembre à cause d’une bronchiolite. Enfin, ils ont demandé mon remplacement à partir de mai, c’est déjà ça, en théorie je devrais donc bien pouvoir former la personne qui prendra ma place momentanément. Mais sinon, rester à la maison pour m’occuper des enfants m’a permis de me reposer un peu aussi dans la mesure où je n’ai pas eu les quatre en même temps malade à gérer seule.

Nous avons également choisi de prévenir nos familles, le 29 janvier j’avais donc commandé des cartes avec des photos que j’avais prises moi-même, dans le même esprit que pour annoncer la cinquième grossesse. Nous avions vraiment hâte de pouvoir les envoyer et avoir les réactions car je crois vraiment que cette fois personne ne s’en doute (excepté ma mère j’imagine…). Ce qui a été amusant c’est que tout le monde pensait que c’était les faire-parts de baptême de notre Cénouche chérie et finalement la surprise a été énorme !

Je ne sais plus précisément à quelle date, mais un mercredi nous avons fait quelques magasins avec les enfants suivi d’un déjeuner au restaurant et nous avons acheté un petit pyjama en 6 mois pour ce bébé alors que nous ne connaissons pas son sexe, nous l’avons choisi bleu avec de jolis petits pingouins, comme c’est un peu le thème que nous avons choisi pour ce petit bébé ça tombait plutôt à pique. Mais je te parlerai du thème dans quelques mois…

C’est mon mari qui s’est en grande partie occupé de faire tourner la maison ce mois-ci, le linge, les repas, les bains… J’ai pas mal pleuré me sentant vraiment diminuée et inutile. L’orgueil mal placé mais j’ai besoin de me sentir utile alors j’étais bien malheureuse. J’ai essayé de ne pas être en arrêt de travail malgré des nuits très courtes pour les enfants vraiment malades. Mais alors les transports en communs quel enfer ! Les arrêts brusques, pas de place assise, les gens qui poussent… Et bien que mon ventre se voyait un peu aucune compassion des autres usagers. La vie, la vraie !

Pas de photo de mon ventre à te montrer, je n’en ai absolument pas faite durant le premier trimestre hélas.

Et voici comment s’est achevé ce deuxième mois.