Ah oui, tu vas (encore) chez une psy toi ?!

Bonjour bonjour,

C’est un peu fébrile, mais pourtant contente que je viens aborder ce sujet avec toi, suivre une psychothérapie. C’est un vaste sujet, à la mode ! quelle « chance » oui, parce que moi si tu ne le sais pas ma qualité première pour beaucoup c’est ma chance enfin, selon ceux qui ne voient que la surface. Quoiqu’il en soit, je ne compte pas uniquement sur celle-ci, et je fais aussi des choix, et un des choix les plus salvateur pour moi a été un beau jour de juin 2014 de prendre mon téléphone et au hasard composer le numéro de téléphone de cette psychologue que mon moteur de recherche me proposait.

Je me revois encore entrer dans son cabinet avec mon bébé sous le bras, mon cœur très lourd, j’avais pourtant tout pour être heureuse selon les standards un mari, un bébé de quelques mois en pleine santé et je venais d’apprendre une nouvelle grossesse désirée. Alors, c’était quoi mon problème à ce moment là ? pour ne rien te cacher, mon problème il y a six ans était le même qu’aujourd’hui, mon passé ! Parce que, comme aujourd’hui, je n’ai rien à reprocher à mon présent qui sans être parfait n’est pas non plus des pires à vivre et je suis globalement en paix avec lui. Ce passé m’étouffait, m’empêchait d’être heureuse et j’étais au plus mal. Je me rappelle avoir passé 45 minutes à déblatérer ma vie en pleurant, expliquant à quel point je me sentais nulle et sans aucune valeur sous le regard de ma psychologue, mais finalement j’ai parlé seule ce jour là comme face à mon miroir. A la fin de la séance elle m’a demandé qui m’envoyait vers elle, elle se demandait quel médecin, je lui ai donc répondu que ça venait de moi tout simplement puisque je ne me sentais plus capable de rien et surtout pas m’occuper de mon bébé et vivre ma grossesse alors que mon mari allait partir en mer. Elle m’a donc regardé calmement avant de me dire « mais vous ne savez pas quelle force vous avez en vous, prendre l’initiative seule de venir me voir c’est très fort, ce n’est pas quelqu’un de faible qui fait ça ». Bon, évidemment j’ai fini de vider mon seau de larmes ! Dès la fin de ce premier rendez-vous j’avais une vision un peu meilleure de qui j’étais. Nous avons donc convenu d’un nouveau rendez-vous rapidement afin de ne pas perdre les bénéfices de ma prise de conscience.

Cette psychothérapie m’aide au quotidien à me sentir vraiment mieux psychiquement, mais aussi physiquement ! je n’avais pas été la revoir depuis Noël, je n’avais pas pris le temps mais comme tu le sais puisque je casse les oreilles de tout le monde avec ça, mon dernier mois de grossesse a été très compliqué à cause de très grosses démangeaisons. Depuis la fin du confinement je suis retournée voir ma psy et mes démangeaisons, qu’aucun médicament n’apaise, se sont calmées, je suis mon meilleur médicament. J’ai compris que j’étais très en colère en ce moment, j’ai compris contre qui je suis en colère, et à cause de quoi aussi. Et, pour la première fois je m’autorise à être en colère sans culpabiliser, c’est ça la clé, s’autoriser à avoir des émotions, comme je dis souvent à mes enfants on a le droit d’être en colère ce n’est pas une mauvaise émotion ! Tout comme, le droit à la tristesse même si aux yeux des autres notre vie est parfaite, personne ne marche avec nos chaussures ou notre sac à dos à nous. Le comprendre m’aide énormément, et finalement apaise mes émotions si fatigantes à vivre au quotidien au regard de toute l’énergie qu’elle me demande. Et même si tout n’est pas réglé, je suis heureuse de voir que j’arrive à aller de plus en plus loin dans mes émotions. C’est moi qui fait le travail, c’est bien à moi de farfouiller au fond de mes souvenirs, pas forcément si lointain d’ailleurs.
Et je suis fière de moi aujourd’hui ! Il y a quelques années, j’avais de grosses douleurs aux genoux, tanto le droit, tanto le gauche et j’ai réussi à régler ces douleurs grâce à ma psy. Mais quel changement !

Aujourd’hui, si je viens te raconter à quel point cette psychothérapie a changé ma vie ce n’est pas pour faire une sorte de publicité malsaine, mais bien pour te dire qu’avoir besoin d’aide ne fait pas de moi une personne faible, mais bien une personne responsable qui connait ses forces et ses failles. Ce n’est pas non plus un simple effet de mode, ça vient vraiment d’un très profond mal-être qui heureusement n’est plus si profond. Et puis, ce post vient aussi de mon besoin de positif dans ma vie.

Et cette gaufre était super positive dans ma vie ❤️

Et toi, tu en penses quoi de ce besoin d’être aidé ?

3 commentaires

  1. Coucou, je me suis faite aidée à plusieurs reprises par des thérapeutes différents en fonction de la problématique et je ne regrette pour rien au monde car aujourd’hui si j avance dans ma vie si je suis plus positive c est grâce aux thérapies
    Bonne journée

    Aimé par 1 personne

  2. Comme je te comprends ma belle. Lorsque Méline est née, j etais au bout du rouleau. J ai demandé de l’aide a monsieur mais je n ai pas eu la reponse que je souhaitais. Du coup j’ai pris rdv avec la psychologue du village. Je l ai vue pendant 1 an . Mais au lieux de me soutenir , monsieur à preferai me dire que je n en avais pas besoin, que c etais dans ma tête et que si j ai besoin de parler , je pouvais lui parler plutot que de racontet ma vie a la psy .
    Quand on en a besoin il ne faut pas hésiter. Moi , ça ma fais énormément de bien. Donc aller voir un psy quand on en a besoin je valide.
    Bisous copine 😘😘

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s